[retour]

Le romantisme à deux

L'année dernière, Cock Robin faisait son entrée en France : le groupe américain imposait un nouveau style : la guitare de Peter Kingsbery et la grâce d'Anna LaCazio.

- Comment te sens-tu à Paris ?

Je ne le savais pas moi-même mais les françaises me rendent fou. Elles ont ce petit quelque chose en plus que les autres n'ont pas. Par exemple, les jeans. Une française est mille fois plus sexy en jeans que n'importe quelle autre fille. Elles sont craquantes !

- Vous croyez que ce n'est qu'une question de physique ?

Non bien sûr. Si les françaises sont si troublantes, c'est qu'elles ont toujours l'air d'avoir quelque chose dans la tête. Elles sont sérieuses, mais elles rient beaucoup aussi. Et ça, j'adore ! Tu ne peux pas savoir à quel point je m'en veux de ne pas avoir appris le français au collège...

- Quel est ton type de fille ?

J'aime les filles petites, qui ont surtout les cheveux noirs, c'est très important, qui ont de beaux et grands sourires. La couleur des yeux importe peu.

- Cela ressemble à Anna ?

Anna est une petite femme, effectivement, avec des cheveux noirs et les yeux marron. Elle est métis, moitié chinoise et moitié italienne. Mais cela ne veut pas dire qu'elle est ma petite amie.

- Vous n'avez jamais été attirés l'un vers l'autre ?

Si, il y a eu un moment où l'on s'est dit pourquoi pas, où l'on pensait que ça pourrait être formidable de s'aimer. On a malheureusement vite compris à quel point c'était dangereux. Etre ensemble 24 heures sur 24, mélanger l'amour et le travail, c'était quelque chose de trop difficile à assumer.

- Vos relations sont tout de même très intimes ?

Oui ! Tu sais, je suis pratiquement marié avec elle ! D'ailleurs je la vois plus que si j'étais marié avec elle. On est ensemble neuf mois par an. Je ne m'en plains pas, au contraire. Sa présence a changé ma vie. On s'est rencontré il y a six ans à un moment où nos carrières étaient sur la pente descendante. Elle m'a donné une bonne raison de faire ce groupe. On a appris à s'admirer mutuellement, c'est formidable !

- Et tu as une vie privée ?

J'en ai eu une. Plus maintenant. Mais c'est une bonne idée, je vais essayer d'avoir plus de temps à moi. C'est très difficile car Cock Robin m'occupe 24 heures sur 24.

- Ton style est assez romantique, l'es-tu réellement ?

Oui. Peut-être un peu trop certaines fois. J'aime beaucoup les gens. J'aime voir, sentir, voire toucher mon public. L'Olympia est une salle géniale pour un contact maximum avec le public.

- Comme as-tu trouvé ton style de voix ?

En écoutant beaucoup les autres, en étant inspiré par certaines stars du rock. Pas mal de chanteurs ont compté dans ma vie. Il y a eu la période Jim Morrison, le chanteur des Doors. Je chantais exactement comme lui, sans arrêt. Ensuite, ça a été Stevie Wonder, Steve Miller, David Byrne, Elvis Presley. J'ai passé ce cap : à présent j'ai trouvé mon style, je n'écoute plus un groupe dans l'objectif d'imiter la voix du chanteur !

- Quels sont tes projets ?

Mes projets immédiats, promotionner mon dernier album. Il est possible que nous jouions à Paris au mois d'octobre. Sinon, jouer dans tous les pays, notamment les Etats-Unis, l'Australie, mais surtout l'Europe. J'adore l'Europe plus que tout. Je veux être capable d'y jouer d'y avoir du succès tout au long de ma vie. C'est ce que je veux vraiment.

Julie Genet