[retour]

Cock Robin : pas branché du tout, mais génial !

C'est rare, par les temps qui courent, d'avoir le courage et l'originalité d'aller contre la mode. En écoutant Cock Robin, c'est ce qu'on se dit aussitôt, car l'album de ce groupe américain, d'où se détache le très beau "When your heart is weak", ne correspond pas vraiment à ce qui se fait d'archi-branché en ce moment.

Pourtant, Cock Robin a toutes les chances de s'imposer en France, comme ils l'ont fait aux Etats-Unis, où "When your heart is weak" a été n° 1 des charts. Et cela, pour plusieurs raisons. Tout d'abord, parce que les textes et les musiques de Peter Kingsbery sont originaux, très "pop songs", avec leurs arrangements, bien que fortement teintés de rock. Et puis à cause du charme des duos entre Peter Kingsbery et Anna LaCazio : deux voix qui vont bien ensemble, qui se complètent, se répondent. Le résultat est vraiment intéressant. Cock Robin doit son nom au personnage d'une vieille légende, qui relatait le mariage du rouge-gorge Cock Robin et du roitelet Jenny Wren : une histoire que tous les jeunes anglo-saxons connaissent dés leur plus jeune âge. 

Peter et Anna, quant à eux, se connaissent depuis plusieurs années. Outre le chant, Peter compose, et joue des claviers et de la basse. Anna chante et joue des claviers. Et puis il y a un guitariste anglais, Clive Wright, et un batteur Lou Molino, qui, lui, vient de Philadelphie, et aime le rythm and blues. Cock Robin a vraiment bien démarré cette année 1986, ce qui fait plaisir à Peter Kingsbery, musicien classique de formation et qui a travaillé en studio avec pas mal d'artistes -en particulier Brenda Lee, la pionnière du rock- avant de former son propre groupe et d'écrire ses chansons pour Cock Robin. 

Il ne reste plus qu'à espérer la venue en France de Cock Robin, pour pouvoir juger "live" le groupe.

Robert de Laroche